OTAN: la plus grande des saintes alliances militaires capitalistes de tous les temps. Sous la domination des Usa, elle sert leur politique de domination mondiale. Combattons sans arrêt cette machine de guerre impérialiste, agressive, colonialiste, ruineuse et dangereuse, pour tous les peuples de la planète. Pour recevoir ces articles, envoyer un mail à roger.romain@skynetblogs.be. Indiquer Otan. Merci !

jeudi, avril 23, 2009

[Combattons l' OTAN !] [alerte_otan] Exercices militaires de l'Otan en Géorgi...

 
 

La sainte alliance militaire des puissances impérialistes ricano-occidentales
a soif de nouveaux territoires et de provocations pour poursuivre sa marche
colonialiste vers l' Est...
C' est pour cela qu'il fallait liquider l' Urss et les autres pays socialistes.
Adolf Hitler notamment a montré la voie. Le VIe Reich capitaliste poursuit
le travail de sape... en d' encerclement militariste et belliciste.
RoRo

From: nicolas
Sent: Wednesday, April 22, 2009 9:55 PM
To: Romain
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Fw: [alerte_otan]
Exercices militaires de l'Otan en Géorgie : La Russie "menace"!



----- Original Message -----
Sent: Friday, April 17, 2009 12:20 PM
Subject: [alerte_otan] Exercices militaires de l'Otan en Géorgie : La Russie "menace"!

++++++
 

"Une provocation absurde", c'est ainsi que la Russie a qualifié les exercices militaires de l'Otan prévus le mois prochain en Géorgie. Moscou a exigé l'annulation de ces manoeuvres estimant qu'elles ne serviraient pas la stabilité régionale. Réponse de l'Otan: ces manoeuvres ne présentent aucun risque et se dérouleront comme prévu.
 
"Ces exercices ont été planifiés depuis longtemps pour se dérouler en Géorgie. La Géorgie a les mêmes droits et responsabilités que n'importe quel participant à ce programme" a expliqué le porte-parole de l'Otan, Robert Pszczel. "La Russie aurait pu et peut toujours se joindre à cette opération, même si ces exercices débutent bientôt, le 6 mai prochain. Mais nous sommes prêts à accepter des pays partenaires" a-t-il ajouté.
 
Ces exercices, qui devraient mobiliser 1300 soldats de 19 pays à 20 km à l'est de Tbilissi, interviennent au moment où l'Otan cherche à retisser des liens avec la Russie.
 
++++++
 
Exercices Géorgie-OTAN: Lavrov pointe les risques d'un sentiment d'impunité à Tbilissi
 
EREVAN, 16 avril - RIA Novosti. La Russie espère que l'OTAN s'abstiendra de mesures susceptibles de pousser Tbilissi à croire que tout lui est permis, a déclaré jeudi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, commentant les prochains exercices de l'Alliance en Géorgie.
 
"J'espère que les pays de l'OTAN, en planifiant des manoeuvres conjointes avec la Géorgie dans le cadre de son programme Partenariat pour la paix, éviteront les démarches qui pourraient pousser le régime géorgien à croire que tout lui est permis et à faire naître un sentiment d'impunité", a indiqué le ministre russe.
 
Les exercices multinationaux sous l'égide de l'OTAN Cooperative Longbow 09/Cooperative Lancer 09 se dérouleront en Géorgie du 6 mai au 1er juin. Selon un porte-parole de l'Alliance contacté par RIA Novosti, il s'agit d'exercices d'état-major qui se dérouleront sans armes et ni matériel de guerre.
++++++
 
Lavrov: les exercices de l'OTAN en Géorgie ne favoriseront pas la stabilité au Caucase
 
MOSCOU, 16 avril (Xinhua) -- Les prochains exercices de l'OTAN en Géorgie ne favoriseront pas la stabilité au Caucase, a indiqué jeudi en Arménie le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, cité par l'agence Interfax.
 
"La démonstration du soutien de l'OTAN au régime géorgien va difficilement transmettre un message correct à ceux qui espèrent sincèrement la stablisation au Caucase'", a-t-il déclaré.
 
Par ailleurs, l'envoyé de la Russie près l'OTAN a exhorté jeudi la direction de l'Alliance à ne pas organiser les exercices en mai en Géorgie.
 
"Nous présentons un message officiel au secrétaire général de l'OTAN, Jaap de Hoop Scheffer, proposant que les manoeuvres militaires de l'OTAN en Géorgie, prévues dans un avenir proche, sont reportées ou annulées", a rapporté Interfax, citant le représentant permanent de la Russie à l'OTAN, Dmitri Rogozin.
 
Le ministère russe de la Défense a répondu jeudi à l'OTAN à propos de ses exercices, disant qu'ils pourraient encourager le régime de Saakashvili à procéder à davantage d'aventures militaires, selon l'agence Itar-Tass.
 
++++++
 
Exercices de l'Otan en Géorgie: Tbilissi accuse Moscou d'ingérence
 
AFP, 16 avril 2009
 
La Géorgie a accusé jeudi la Russie de tenter d'interférer dans ses affaires internes et de mener des politiques dignes de la guerre froide en demandant le report des exercices que l'Otan prévoit de mener prochainement en Géorgie.
 
«Voici encore une nouvelle tentative de la Russie d'interférer dans les affaires internes de la Géorgie. La Russie essaie de mener une politique de sphères d'influence exclusives et nous espérons que la communauté internationale réagira de manière adéquate», a déclaré à l'AFP le ministre de l'Intégration européenne et euro-atlantique, Giorgi Baramidzé.
 
«La Russie doit renoncer à ses politiques du temps de la guerre froide consistant à faire pression de manière grossière et injuste sur ses voisins», a dit M. Baramidzé.
 
La Russie avait auparavant demandé le report des exercices que l'Otan a prévu d'organiser en mai en Géorgie, arguant qu'ils «ne peuvent que compliquer une situation déjà pas simple dans la région».
 
L'Otan a annoncé qu'elle allait organiser des exercices en Géorgie du 6 mai au 1er juin, dans le cadre de son programme de Partenariat pour la Paix dont est membre la Géorgie.
 
Ces exercices, auxquels vont participer 1.300 hommes de 19 pays membres et non membres de l'Alliance, auront lieu à une vingtaine de kilomètres à l'est de Tbilissi, dans la zone d'entraînement de Vaziani.
 
La Géorgie n'est pas membre de l'Otan. A leur sommet de Bucarest en avril 2008, les dirigeants alliés ont repoussé l'attribution du statut de candidat officiel à la Géorgie et à l'Ukraine, deux ex-républiques soviétiques, tout en leur promettant l'entrée à terme dans l'Otan malgré la farouche hostilité de Moscou à cette idée.
 
++++++
 
Exercices de l'OTAN en Géorgie: armes et techniques militaires bannies (Pszczel)
 
BRUXELLES, 16 avril - RIA Novosti. Les exercices multinationaux sous l'égide de l'OTAN Cooperative Longbow 09/Cooperative Lancer 09 prévus entre le 6 mai et le 1er juin en Géorgie seront exempts d'armes et de techniques militaires, a annoncé jeudi à RIA Novosti un porte-parole de l'Alliance Robert Pszczel.
 
"Personne n'utilisera ni les armes, ni les chars", a déclaré M.Pszczel.
 
"Il ne s'agit pas d'exercices de l'OTAN au sens classique du terme, ce sont des manoeuvres de partenaires dans le cadre du programme Partenariat pour la paix. Elles sont ouvertes à tous les pays partenaires de l'Alliance, y compris la Russie", a-t-il poursuivi.
 
"Il s'agit d'exercices de coordination (de la coopération entre l'OTAN et les pays partenaires)", a expliqué Robert Pszczel, rappelant qu'en 2008 des exercices de ce type avaient eu lieu en Arménie.
 
Les exercices multinationaux Cooperative Lancer/Cooperative Longbow doivent se dérouler sur le territoire de la base militaire géorgienne de Vaziani. Composés d'exercices d'états-majors et de manoeuvres sur le terrain, ils réuniront environ 1.300 militaires de 19 pays membres et partenaires de l'Alliance. C'est la première fois que la Géorgie accueille des exercices de cette ampleur.
 
++++++
 
Extraits de la Déclaration du Sommet de Strasbourg-Kehl concernant la Géorgie
 
Au moins 5 articles de la déclaration du dernier Sommet de l'Otan font nomément référence à la Géorgie. Et réaffirmé deux fois le soutien à "l'intégrité territoriale, l'indépendance et la souveraineté de la Géorgie". Pas à celle de la Serbie apparemment.
 
29. La stabilité et le succès des réformes politiques et économiques en Ukraine et en Géorgie sont importants pour la sécurité euro-atlantique. À Bucarest, nous avons décidé que l'Ukraine et la Géorgie deviendraient membres de l'OTAN, et nous réaffirmons tous les éléments de cette décision ainsi que les décisions prises par les ministres des Affaires étrangères en décembre dernier. Nous nous employons à fournir, pour les efforts de réforme de ces pays, un maximum d'avis, d'aide et de soutien dans le cadre de la Commission OTAN-Ukraine et de la Commission OTAN-Géorgie, qui jouent un rôle central dans la supervision du processus engagé au sommet de Bucarest. Nous nous félicitons en particulier du renforcement prévu des bureaux d'information et de liaison de l'OTAN à Kiev et à Tbilissi. Sans préjudice des décisions ultérieures devant être prises à propos du MAP, l'établissement de programmes nationaux annuels aidera la Géorgie et l'Ukraine à faire avancer leurs réformes. L'examen annuel de ces programmes nous permettra de continuer à suivre de près les progrès réalisés par la Géorgie et l'Ukraine dans les réformes liées à leur aspiration à devenir membres de l'OTAN. Nous saluons en outre les précieuses contributions de ces deux pays aux opérations de l'OTAN.
 
31. La relation entre l'OTAN et la Géorgie s'est considérablement approfondie au cours de l'année écoulée. Nous restons déterminés à promouvoir le dialogue politique avec la Géorgie et à lui fournir une aide. Nous encourageons fortement ce pays à poursuivre la mise en oeuvre de toutes les réformes nécessaires, en particulier les réformes démocratiques, électorales et judiciaires, en vue de réaliser ses aspirations euro-atlantiques. Nous réaffirmons que nous continuons de soutenir l'intégrité territoriale et la souveraineté de la Géorgie à l'intérieur de ses frontières reconnues au niveau international.
 
32. Nous encourageons tous les participants aux pourparlers de Genève à jouer un rôle constructif et à poursuivre leur étroite collaboration avec l'OSCE, l'ONU et l'UE à la recherche d'un règlement pacifique du conflit sur le territoire de la Géorgie. (...). Nous appelons de nos voeux l'établissement d'un nouveau mandat pour la Mission de l'OSCE en Géorgie ainsi qu'un accès sans entrave pour les observateurs de l'ONU, de l'UE et de l'OSCE à l'ensemble du territoire de la Géorgie, y compris les régions d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie. Nous sommes préoccupés par les tensions et les violences qui persistent le long des limites administratives, et nous appelons toutes les parties à faire preuve de retenue.
 
34. Nous invitons instamment la Russie à remplir les engagements qu'elle a pris s'agissant de la Géorgie dans le cadre de la médiation de l'Union européenne le 12 août 2 et le 8 septembre 2008. Dans ce contexte, nous considérons comme essentiel le retrait des forces russes des régions que la Russie s'est engagée à quitter. Nous nous sommes félicités des mesures prises en ce sens, mais ce retrait reste partiel. L'Alliance a condamné la reconnaissance par la Russie des régions géorgiennes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie en tant qu'États indépendants, et elle continue de lui demander de revenir sur cette reconnaissance, qui est contraire aux valeurs et aux principes sur lesquels se fonde le Conseil OTAN-Russie, aux principes de l'OSCE sur lesquels repose la sécurité de l'Europe, ainsi qu'aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU concernant l'intégrité territoriale de la Géorgie, que la Russie a entérinées. En outre, le renforcement de la présence militaire de la Russie dans les régions géorgiennes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud sans le consentement du gouvernement géorgien est particulièrement préoccupant.
 
57.(...) les actions menées par la Russie en Géorgie ont remis en question l'attachement de la Russie aux principes fondamentaux de l'OSCE sur lesquels reposent la stabilité et la sécurité en Europe, principes dont s'inspire le Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE). Ces actions vont à l'encontre de notre objectif commun consistant à préserver la viabilité à long terme du régime FCE (...)
 
 
.
Facebook

vendredi, avril 10, 2009

communiqué après la manif anti-OTAN à Strasbourg

 

Sent: Friday, April 10, 2009 1:37 PM
To: Undisclosed-Recipient:;
Subject: communiqué après la manif anti-OTAN à Strasbourg

Alliance atlantique, alliance impérialiste! Dissolution de l'OTAN!

Tel est le mot d'ordre que la provocation policière a voulu étouffer à Strasbourg!
 
Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé à Strasbourg pour dénoncer l'OTAN, cette alliance guerrière des États-Unis et de l'Union Européenne en construction contre les peuples et les travailleurs. Le Rassemblement des Cercles Communistes y a défilé avec le PCOF.

L'OTAN n'a jamais été une «alliance défensive» comme les discours et les médias impérialistes tentent de le présenter. Son maintien est une menace pour tous les peuples et tous les travailleurs comme l'a déjà subi la Yougoslavie en 1999 et le subit aujourd'hui le peuple afghan.

L'OTAN est le pendant militaire agressif des institutions financières comme le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale qui vont être renfloué de près de 1000 milliards de dollars par le G20.

L'OTAN est le bras séculier de l'impérialisme en crise pour punir les pays, États, nations et peuples qui résistent et refusent le diktat libéral des puissances impérialistes qui dominent le monde (USA et UE). L'OTAN servira aussi à écraser toute révolution dans les pays d'Europe notamment.

Voilà pourquoi la police a été chargée de bloquer la manifestation pour la dissolution de l'OTAN et de l'empêcher de bouger sur un axe le long d'un chemin de fer parsemé de cailloux. L'objectif était manifestement de pousser à une confrontation violente avec les manifestants afin que les dégâts causés soient présentés par les médias comme le fait de «casseurs, violents avec des drapeaux rouges marqués du marteau et de la faucille».

L'objectif politique était de dissuader, aujourd'hui mais aussi dans la perspective des prochains sommets, toute action de protestation politique contre les sommets des va t-en guerre de l'OTAN.

Mais le «voleur qui crie le premier au voleur», l'incendiaire qui crie à l'incendie est bien confronté aux questions de bon sens des populations que les médias cherchent à manipuler : «Pourquoi attendre si longtemps avant d'intervenir» se demandent les habitants du quartier du Port du Rhin? Pourquoi avoir bloqué la manifestation à cet endroit le long des rails avec autant de cailloux? La provocation est claire.

A l'inverse, en distribuant de l'eau, les populations des quartiers populaires ont réservé un bon accueil aux manifestants gazés par les tirs de lacrymogènes et autres balles en caoutchouc des 10000 policiers et militaires.

Non seulement, c'est un sommet guerrier des violents et casseurs de la paix et des acquis sociaux et démocratiques, mais c'est aussi le sommet des menteurs qui préparent les futures guerres de l'OTAN contre les peuples et les travailleurs!

Rassemblement des Cercles Communistes

Cercle Henri Barbusse,

Coordination Communiste 59/62,

Cercle Communiste d'Alsace

Cercle Communiste de Région Parisienne,

http://www.rassemblementcommuniste.org

jeudi, avril 09, 2009

Fw: LML 8 avril: Manifestations internationales contre le sommet,de l'OTAN, la guerre et l'occupation

 
----- Original Message -----
From: LML
Sent: Thursday, April 09, 2009 1:17 AM
Subject: LML 8 avril: Manifestations internationales contre le sommet,de l'OTAN, la guerre et l'occupation

Le Marxiste-Léniniste

Numéro 70 - 8 avril 2009

Manifestations internationales contre le sommet
de l'OTAN, la guerre et l'occupation


Strasbourg, France


Toronto, Canada

Le 4 avril, suite aux militantes manifestations à Londres contre les politiques antipopulaires du G20, de grandes manifestations ont eu lieu à Strasbourg, en France, et à Kehl, en Allemagne, pour dénoncer le sommet du 60e anniversaire de l'OTAN, qui se tenait dans ces deux villes. Il y a également eu des manifestations dans de nombreuses autres villes européennes ainsi qu'au Canada et aux États-Unis. Les participants ont exigé la fin immédiate de l'occupation de l'Afghanistan et le démantèlement de l'OTAN. L'expérience collective des peuples du monde face à l'OTAN et à ses crimes était reflétée dans les slogans, bannières et pancartes : l'OTAN et son expansion en Europe de l'Est et en Asie ne sont pas une force pour la paix et la sécurité. Les peuples ne se laisseront pas duper par le vedettariat de Barack Obama et persistent dans leurs luttes qu'ils fondent sur la conviction que leur sécurité réside dans leurs luttes pour la souveraineté nationale, contre l'impérialisme américain.

Dans ce numéro, Le Marxiste-Léniniste présente des photos de manifestations contre l'OTAN, la guerre et l'occupation du Canada et de partout dans le monde. [...suite]


===

http://www.cpcml.ca/francais/index.html

ABONNEMENT:
Vous ou quelqu'un d'autre avez demandé que votre adresse soit ajoutée à la liste d'envoie du LMLQ. Si vous désirez que votre adresse soit retirée, de la liste, écrivez à postmaster@cpcml.ca



mercredi, avril 08, 2009

[romain : paix_socialisme_communisme] Fwd: Fw: [alerte_otan] Strasbourg, une ville livrée à l'Otan

 

Sent: Monday, April 06, 2009 9:15 PM
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Fwd: Fw: [alerte_otan] Strasbourg, une ville livrée à l'Otan



----- Original Message -----
Sent: Monday, April 06, 2009 5:47 PM
Subject: [alerte_otan] Strasbourg, une ville livrée à l'Otan

Comme cela est assez bien relaté dans les articles de presse ci-dessous, la police a tout bien fait en sorte que cela dégénère dès le départ. Tout a effectivement parfaitement fonctionné, comme le dit le communiqué de la préfecture, tout a bien fonctionné pour que pour la population, "l'extrême gauche" soit présenté comme une menace, dont il faut se protéger avec encore plus de mesures sécuritaires. Le dispositif sécuritaire paranoïaque mis en place à Strasbourg pendant des semaines trouve soudain sa justification. Tout a très bien marché, la manif a été cassée. Je ne sais pas si le Black Bloc est ou n'est pas directement infiltré par l'"appareil de sécurité" lui-même, mais à mon avis, il n'aurait guère pu faire mieux. Comme lu dans un commentaire :"N. Sarkozy est arrivé à ses objectifs : il ne voulait pas de manifestation, il n'y en a pas eu."
++++++
 

Comment un hôtel, une pharmacie et d'anciens locaux de la douane ont ils pu être incendiés dans une ville pourtant quadrillée par des milliers de fonctionnaires de police ?
 
Au lendemain des violentes émeutes qui ont secoué la ville de Strasbourg, plusieurs questions restent en suspens ce dimanche. Les auteurs des violences, des «Black blocks» cagoulés et armés de barres de fer, étaient au nombre de 2000, selon la préfecture.
 
D'après de nombreux témoins, le quartier a été "laissé aux casseurs."
 
Un journaliste de l'AFP a ainsi vu ces casseurs lancer des pierres contre l'hôtel Ibis vers 13h50 samedi, puis forcer la porte d'entrée du bâtiment et pénétrer à l'intérieur pour ensuite en ressortir du mobilier et y mettre le feu.  Un peu plus tard, un casseur est entré dans l'hôtel avec un pot contenant une substance indéterminée et une épaisse fumée noire s'élevait peu après du rez-de-chaussée de l'hôtel.
 
Dans l'établissement se trouvaient alors quatre policiers qui ont donné l'alerte. Mais les renforts des forces de l'ordre ne sont arrivés que 40 minutes plus tard, et les pompiers vers 14h40....
 
Or ces incidents se sont déroulés alors que des véhicules de police ne se trouvaient qu'à 200 mètres de là, selon un journaliste de l'AFP témoin de la scène.
 
+++++++
 
Otan : "Le dispositif de protection a parfaitement fonctionné"

http://libestrasbourg.blogs.liberation.fr/actu/2009/04/otan-le-dispo-1.html
OTAN - Etrange communiqué diffusé hier par la préfecture du Bas-Rhin. Il y est écrit que "Le dispositif de protection (mis en place pour le sommet de l'Otan) a été opérationnel dès la fin mars et a parfaitement fonctionné". Ou encore que "malgré la violence des attaques, les forces de l'ordre ont pu garder la complète maîtrise de la situation, permettant un déroulement normal du sommet et évitant que les casseurs ne se répandent dans la ville".
 
Effectivement, les casseurs ne se sont pas répandus dans la ville. Les accès vers le centre étaient verrouillés par un dispositif impressionnant, massé sur les ponts d'Anvers et Vauban. Par contre, le quartier du port du Rhin a été livré aux casseurs pendant une heure et vingt minutes (lire l'article mis en ligne ce matin). Comment expliquer ce délai d'intervention ? Pourquoi, alors que des actes graves et des incendies étaient en cours, a-t-il fallu attendre autant de temps avant que l'assaut soit donné aux black blocks ? La préfecture n'y répond pas. La priorité était certes donnée à la protection du sommet et du centre ville, mais l'intervention de forces de l'ordre peu nombreuses (une compagnie de CRS et des policiers de la Bac) a suffi à faire cesser les destructions au port du Rhin. C'est très peu au regard des 9.000 hommes déployés durant le sommet. A-t-il fallu une heure et vingt minutes pour les réunir ou pour leur donner l'ordre de passer à l'action ?
 
+++++++
 
Questions sur la gestion par les autorités et la police de la manifestation anti-OTAN
LEMONDE.FR | 06.04.09
 
Strasbourg, envoyées spéciales
 
Tout avait été planifié avec minutie. Au centre de Strasbourg, les rues étaient quadrillées au plus serré. Les manifestants étaient cantonnés dans la périphérie sud-est. Et vingt-cinq mille policiers et gendarmes français et allemands s'étaient déployés. Mais rien n'a fonctionné comme prévu.
 
Des accrochages sporadiques ont précédé la grande manifestation des anti-Otan du samedi 4 avril. Dés le matin, alors que des groupes pacifistes tentaient de s'approcher du centre en bloquant des carrefours, la tension était au rendez-vous. A six heures, une pluie de gaz lacrymogènes et des tirs de Flash-Ball accueillaient déjà la contestation. Le ton était donné. "Le dispositif de protection a (…) parfaitement fonctionné", a estimé la préfecture du Bas-Rhin dans un communiqué. Elle refusera de répondre aux questions.
 
La stratégie policière a-t-elle failli ? Le cortège principal des manifestants devait attendre celui venu d'Allemagne. La jonction n'a jamais pu se faire. Côté allemand, les manifestants sont restés bloqués par le barrage des forces antiémeutes à l'entrée du pont de l'Europe. Les organisateurs sont alors un peu débordés et tout commence à cafouiller. Une voiture officielle de la délégation américaine se perd même au milieu des marcheurs, avant de faire une marche arrière à toute vitesse.
 
Cette situation fournit le prétexte aux Black Blocs (groupes affinitaires d'activistes violents, vêtus de noir) pour lancer les premières attaques. A 13 heures, l'ancien poste de douane brûle. Puis, c'est le tour de l'hôtel Ibis, d'une pharmacie et de l'office du tourisme. "Guerre au capitalisme", taguent les activistes sur les murs. Rien n'échappe aux cinq hélicoptères qui survolent à tour de rôle les événements. Pourtant, les forces de sécurité n'interviennent pas, se contentant de repousser les Black Blocs vers la manifestation "officielle" qui poireaute sur un vaste terrain en contrebas. "Gardez votre calme", répètent les responsables du Mouvement de la paix.
 
Première souricière. Les quelque dix mille anti-OTAN, asphyxiés par les gaz lacrymogènes, veulent démarrer. Seule issue, un étroit passage dans un chantier sous une voie ferrée. Les manifestants piétinent mais gardent leur calme, y compris lorsqu'ils longent des cars de CRS à moitié vides et curieusement postés sur le passage. Un peu plus loin, bloquée à nouveau par les barrages policiers, la manifestation doit bifurquer… vers l'hôtel en flammes évacué par des policiers de la BAC. Les derniers marcheurs sont visés par des Flash-Ball, tirés par des CRS de leurs fourgons.
 
A peine 500 mètres plus loin, nouvel arrêt. Cette fois, il n'est plus du tout question de passer. Tous les quarts d'heure, la police assure aux organisateurs que le cortège va pouvoir passer. En vain. Une partie du cortège est coincée sous un pont de chemin de fer. "C'est eux qui nous ont dirigés là, déplore Sophie Zafari (FSU), coorganisatrice du défilé. La police s'est jouée de nous en nous bloquant à l'arrière et à l'avant." A l'arrière en effet, la voie est doublement obstruée : par deux énormes wagons de marchandises déplacés par les Black Blocs et par les cordons de CRS.
 
Une habitante du quartier, Anne-Marie Auzet, prend le micro : "N'allez pas plus loin, les gens ici sont choqués, lance-t-elle. Les pompiers ont mis une heure trente à arriver." Contre toute évidence, la préfecture assure dans son communiqué : "L'incendie a été immédiatement combattu pendant plus d'une heure jusqu'à ce que les manifestants reviennent."
 
Le piège se referme. Deuxième souricière. A 16 h 20, les CRS chargent semant la panique. Ça court dans tous les sens sous les tirs de Flash-Ball et des gaz. Devant les questions angoissées de manifestants, des pompiers secouent la tête : "Ils ne vous ont laissé aucune issue." Les organisateurs tentent de faire faire demi-tour au cortège, NPA et Olivier Besancenot en tête. Mais à la sortie, nouvelle salve de gaz. "Pour passer, nous avons été contraints d'enlever tous nos insignes, tous nos drapeaux", indique Guillaume d'Alternative libertaire. "La manifestation a suivi l'itinéraire inverse de celui qui était prévu, plaide Hervé Niel, haut responsable policier de la direction centrale de la sécurité publique. Il y a eu une incompréhension sur le terrain. Une échappatoire était prévue mais le temps que l'information passe, le cortège avait déjà avancé."
 
Combien de blessés ? Pour la préfecture, "on compte quinze blessés légers parmi les forces de l'ordre et les sapeurs-pompiers, trente-trois blessés légers parmi les manifestants et un blessé léger parmi les journalistes". Interrogé, Jean-Claude Bartier, directeur du SAMU de Strasbourg, avance trente-cinq à quarante blessés. "Des plaies à suturer au visage et aux bras, des brûlures dues aux gaz, des fractures du nez et des plaies aux arcades sourcilières par des tirs de Flash-Ball", détaille le médecin. Ces estimations ne comprennent pas les personnes évacuées vers les hôpitaux allemands. La "Legal team" de la manifestation recense, elle, cinquante blessés.
 
"Il faudra analyser la chaîne de commandement. Toute cette opération a été montée sans chef d'orchestre, avec différentes forces qui n'avaient pas autorité les unes sur les autres", critique Roland Ries, maire de Strasbourg. Pour Pierre Villard, coprésident du Mouvement de la paix, "les forces de l'ordre ont entretenu une stratégie de tension et de pourrissement dès le début". "Mon obsession a été qu'il y ait le moins de contacts et donc le moins de blessés possible. Mais nous avons été gênés par les petits groupes violents", défend Hervé Niel.
Isabelle Mandraud et Sylvia Zappi
 
Quelques commentaires à cet article
 
David
06.04.09 | 14h02
 
Pour avoir vu, ce qui s'est passé, il est clair que ce n'est pas le fruit d'un dysfonctionnement ou d'une série d'erreurs de commandement. La police a bien suivi un plan cohérent afin d'empêcher d'une part la manifestation d'avoir lieu et d'autre part de favoriser la casse, pour avoir des images permettant de discréditer les opposants à la politique de Sarko
 
Jens T.
06.04.09 | 13h37
 
"Curieux francais et journalistes..." ? Vous ne comprenez pas du tout : au contraire, il y a avait bien trop de policiers à Strasbourg (entre 15 et 30 000 selon les sources pour 20 000 manifestants majoritairement pacifistes). Mais ces forces étaient absentes là où elles auraient dû être, arrivant avec 2 heures de retard, alors que les groupuscules violents étaient repérés depuis le début. Il y a bien eu volonté de pourrir le mouvement en laissant les ultras agir.
 
FRANCIS N.
06.04.09 | 13h14
 
La gestion policière n'a pas failli, bien au contraire. C'est tout bénéfice, pour certains, qui nous gouvernent et manipulent.
 
Silent
06.04.09 | 11h45
 
Laisser faire les casseurs, étouffer les marcheurs pacifiques: quelle brillante stratégie. Inutile aujourd'hui d'incendier un Reichstag, il suffit d'ouvrir une avenue aux casseurs pour ensuite pouvoir justifier le pire.
 
++++++
Le cortège pris au piège
Dernières Nouvelles d'Alsace, 5 avril
Julia Mangold

II est presque 18h, la manifestation officielle touche à sa fin. Rue du Havre, près d'un autocar immatriculé en Cô-te-d'Or, un groupe de retraités pas jeunes du tout commente la journée. La plupart d'entre eux font partie du Mouvement de la paix, certains ont leur carte au Parti communiste.
 
Leur long après-midi a débuté sur le Champ de foire, face aux orateurs se succédant sur le podium pour délivrer des messages de paix - contre l'Otan, bien entendu.
 
«Tout d'un coup, on s'est fait enfumer par les lacrymogènes», raconte Bernard. C'est ainsi que, vers 14h30, l'odeur des gaz et les épaisses fumées noires se dégageant en provenance de l'hôtel Ibis ont décidé les organisateurs à donner le coup d'envoi de la manifestation.
 
Un départ précipité, mais tout de même en retard sur l'horaire prévu. Il ne pouvait en être autrement: passage obligé, côté français, pour rejoindre le Champ de foire, la route du Rhin a été libérée par les autorités deux heures après l'horaire prévu (12h30 au lieu de 10h30).
 
De quoi énerver un peu plus ceux qui étaient venus pour casser; fatiguer et décourager les autres. «Dès le démarrage de la manif, nous nous sommes retrouvés dans une souricière, sous le pont du chemin de fer, entre les CRS qui obstruaient le passage déjà étroit et des jeunes en noir qui lançaient des pierres», relate Annie, autre membre du groupe de Côte-d'Or.
 
Comme l'ensemble du cortège  pacifique,   durant  tout l'après-midi, leur petit groupe a été pris au piège entre les CRS et ceux qui étaient venus pour en découdre. Ultime avatar: vers 16h30, la tête du cortège s'est trouvée bloquée par les. CRS au débouché de la rue du Port-du-Rhin vers le «centre» du quartier, tandis que la queue du défilé devait composer avec des Black Block très agressifs.
 
«On a essayé de discuter avec eux, de leur dire que leurs actes donnaient de la légitimité à ce déploiement de forces débile, raconte Sandra, une militante strasbourgeoise des Verts, abattue. Mais à un moment, ils nous ont pris pour cible. Comble de l'humiliation, on a réussi à s'en sortir grâce aux CRS. » Les mains levées, comme des malfaiteurs qui se rendent, les manifestants non-violents apeurés face aux actes des Black Block ont alors quitté le cortège... Vers 17h, la dispersion de la manifestation était inévitable.
 
«Je suis en colère, je suis venue en tant que pacifiste et je me suis retrouvée, impuissante, entre un mur de CRS et des casseurs. Le pire, c'est que l'on ne va retenir que cela de notre manifestation, la violence. Il n'y aura pas de débat de fond sur l'OTAN et sur l'armement nucléaire», regrette Danièle.
 
«On nous a coincés»
 
«Cela ne pouvait se finir qu'ainsi: on nous a coincés, fait défiler dans le quartier le plus pauvre de Strasbourg, sur un trajet invraisemblable, sans visibilité aucune pour notre mouvement», appuie Bernard, militant pacifiste venu de Lorraine.
 
Après cette éprouvante journée, les manifestants ne pouvaient, bien entendu, espérer rejoindre facilement leur domicile. Sur la route du Rhin, au niveau de la SPA, les CRS avaient dressé une barrière imperméable. En montrant patte blanche -autant dire que la file d'attente était très longue- il était possible de s'échapper plus loin, en descendant la rue.du Havre,, jusqu'à la rue 'Ampère.
 
Mais le passage était interdit aux cyclistes (qui présentaient sans doute un danger supplémentaire aux yeux des autorités) : ceux-ci devaient continuer plus loin, jusqu'à la rue de Lorient (Zone portuaire sud), point de passage vers le Neuhof.
 
 
++++++
Strasbourg, une ville livrée à l'Otan
Cuba si, Dimanche 5 avril 2009
http://camarade.over-blog.org/article-29884419.html

Véritable scènes d'une violence très organisée, des groupes cagoulés, armés de pierres, de barre de fer, portant casques et gants, voici le paysage dès notre arrivée à Strasbourg après moultes tentatives de détourner les bus qui convergeaient vers la manifestation mondiale anti Otan.
 
Scènes de guerre, pseudos anarchistes et vrais CRS s'ajoutent pour briser la manifestation.
 
Ils sont déjà des milliers rassemblés au pied des podium, le PCF, le NPA, le Parti de Gauche, le Mouvement de la Paix, la CGT, l'UJFP, les Amis de Cuba, par milliers ils se rassemblent sous les premiers tirs de lacrymogènes, les Black Block sont omniprésents autour et tentent d'attirer les tirs de lacrymo sur la foule pacifique. Les stands des organisations démocratiques sont noyés sous les gaz et évacués.
 
Le cortège démarre avec deux heures de retard, la police allemande a, sous prétexte de sécurité,interdit le passage aux pacifistes de l'Outre Rhin, quelques vieux routiers du DKP et du Linkspartei ont pu pénétrer sur notre territoire et nous rejoindre.
 
La manif s'ébroue et bizarrement les pseudos anarchistes défilent sur les côtés encadrant littéralement le cortège, survient, en toute innocence, toute une escouade de CRS en camionnettes qui entre dans la foule, jets de pierres, de barres de fer, les manifestants sont coincés entre casqués et cagoulés et les premiers blessés ne tardent pas chez ceux qui n'ont ni casque ni cagoule.

Quelques manifestants tentent de bloquer des casseurs mais ils sont plusieurs centaines organisés et laissés totalement libres d'action.
 
Chaque pont est fermé, il est impossible de quitter la manifestation, chaque pont donne lieu à affrontements, c'est réglé comme du papier à musique, les lacrymos repleuvent sur la queue de la manifestation, à proximité un hôtel brûle, les hélicoptères survolent et guident chaque action des forces de répression.
 
La tête de la manifestation est bloquée dans un goulet, en fin les cagoulés ont bloqué le retour possible avec deux wagons SNCF qui se trouvaient opportunément là.
 
Les lacrymos repartent de plus belle, c'est impossible de tenir, sur le bas côté, des dizaines de Black Block, décagoulés respirent, se soignent avec leurs trousses à pharmacie, oui ils sont équipés genre CRS, pas un seul flic en vue pour les identifier, les interpeller, pourtant les hélicos tournent et filment mais allez savoir qui et quoi !
 
[...]

 
.

__,_._,___

samedi, avril 04, 2009

Actualités françaises : On vit dans une belle démocratie

 

From: Forum Unité Communiste
Sent: Saturday, April 04, 2009 10:14 PM
Subject: Actualités françaises : On vit dans une belle démocratie


Auteur: T 34
Sujet: On vit dans une belle démocratie
Envoyé : 04 Apr 2009 à 20:14

LONDRES,IL REPRIME A STRASBOURG,ON SE SOLIDARISE A TOURS

La répression au G 20 à Londres a tué un de nos camarades.
A Strasbourg, ville bunkerisée, les hordes armées du capital s'en donnent à cœur joie pour défendre la machine de guerre qu'est l'OTAN. La liberté de circulation est bafouée, des centaines de personnes sont arrêtées, enfermées, humiliées. Nous ne tolérerons pas cet ordre sécuritaire pouvant être les prémices d'un futur totalitarisme !

Aujourd'hui des camarades, en mémoire à la victime tombée à Londres et en solidarité avec tous les opposants à l'ordre sécuritaire et militaire de l'OTAN, matérialisé à Strasbourg, ont envahi le territoire étasunien à Tours.

Cette ville a accueilli, en 1917, l'état-major des services logistiques de l'armée étasunienne intervenue pendant la Première guerre mondiale. L'Etat des USA a donc fait ériger un monument historique : une fontaine qui, selon la police, est en territoire étasunien.

Des Tourangeaux, prenant d'assaut ce morceau des Etats-Unis, armés d'une banderole et de pots de peinture, ont teint l'eau de la fontaine en rouge, couleur des guerres de l'OTAN, couleur de la répression dont sont victimes tous les camarades en lutte contre le capitalisme et ont accroché une banderole disant : « 1 mort au G 20 Etats assassins ».
La police est intervenue : contrôles d'identité, insultes, humiliations. Ainsi nos camardes se sont faits traiter de « sous merdes allant se réfugier dans les jupons de leurs mères ». Les flics leur ont demandé si ils étaient des Français de souche, si leur grands-parents étaient des collabos et ce qu'ils faisaient pendant la Seconde guerre mondiale (visiblement, les pandores confondent la Première et la Seconde guerre mondiale !). Dorénavant nos camarades pourront lever le bras droit selon les bleus et ils les ont aussi menacés d'écrire à leurs parents, oubliant qu'ils sont majeurs.

Quelle est notre arme contre ça ? La solidarité envers tous nos frères et sœurs de lutte. Nous ne serons jamais des morts vivants. Nous sommes en vie et trouvons dans nos combats l'émotion et la joie de faire tomber ce vieux monde !
Nous exigeons qu'aucunes procédures judiciaires ne soient engagées contre nos camarades, la libération et l'arrêt des poursuites de tous les inculpés dans le cadre des mouvements sociaux ou dans le cadre de la législation antiterroriste.
Nos camarades sont convoqués lundi 6 avril à 14 h 15 au commissariat de Tours

Rassemblement dès 14 h devant « l'hôtel » de la police, rue Marceau.


NON A LA CRIMINALISATION DES MOUVEMENTS SOCIAUX

ABROGATION DE TOUTES LES LOIS ANTITERRORISTES

NON A L'OTAN

NON A L'ORDRE SECURITAIRE ET A L'IMPERIALISME

CE N'EST QU'UN COMBAT CONTINUONS LE DEBUT

Tours le 03/04/09
Les copwatchers de Tours


Une anecdote
Un jour mon grand père s'est fait tutoyé par un policier français, il l'a mal pris et lui a répondu : "Vous savez durant la guerre quand les SS me demandaient mes papiers ils me disaient Papier bitte, ce qui signifie vos papiers s'il vous plait, ils étaient poli eux."


Edité par T 34 - Aujourd'hui à 20:20

vendredi, avril 03, 2009

MANIFcontre l'OTAN à Strasbourg SAM 4 Avril • Transport collectif de GE

 

From: INFO
Sent: Thursday, April 02, 2009 6:40 PM
Subject: MANIFcontre l'OTAN à Strasbourg SAM 4 Avril • Transport collectif de GE

solidaritéS
Vous invite à participer avec nous à la...
MANIF internationale contre l'OTAN
à Strasbourg SAM 4 Avril

INSCRIVEZ-VOUS POUR LE CAR DEPUIS GE
(qui passe à Lausanne et Neuchâtel)
!


Pratiquement:
• Aller-retour  dans la journée:  Départ  GE  6h30 devant le local de solidaritéS au 25 rue des Gares, avec café & croissants offerts dès 6h00  (passage à  LS et NE - lieux à définir -  pour prendre en charge des camarades) retour à GE vers 24h00.

• Coût
par personne si car plein (70 Fr.)
Proposition tarifaire: 40 Fr. (jeunes sans-gains / chômeurs-euses, etc.), 70 Fr. (prix "normal"), 100 Fr. (Prix de soutien... aux billets à 40 Fr.)

Remarque: si vous ne pouvez pas venir à Strasbourg, mais que vous désirez participer au subventionnement des billets à  40Fr (30 Fr. par tête, c'est évidemment possible en effectuant un versement d'un multiple de 30 Fr, au CCP 12-9441-1, mention: CAR-OTAN)

• Inscriptions: Au plus vite, par retour de mail (avec nom et tél. / E-Mail de contact)


Strasbourg, samedi 4 avril, disons…
NON à la guerre - NON à l'OTAN !

L'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) a 60 ans. Cette organisation militariste les fête à Strasbourg cette semaine. Une ville en état de siège avec  9000 policiers dans la capitale alsacienne et 15 000 du côté allemand. Au menu jusqu'ici, harcèlement policier des citoyen-ne-s  et des manifestant-e-s réels ou présumés, contrôles d'identité,  interventions policières jusque chez les habitant-e-s pour leur faire retirer des drapeaux «Paix» accrochés à leurs fenêtres, restriction de  la liberté de mouvement, fichage de 40 000 résidents de la ville. Une vaste démonstration du primat de la force sur le droit des gens et les libertés publiques...

Dès sa fondation en 1949, au lendemain de la Deuxième guerre mondiale, l'OTAN fait partie des instruments dont se dotent les USA dans le cadre de leur projet d'hégémonie mondiale. Son objectif sera d'abord d'impliquer les autres Etats d'Europe de l'Ouest. Il s'agit, au nom de la «défense du monde libre» et de la lutte contre l'URSS, d'imposer un rapport de force avec le bloc des pays de l'Est, bien avant que ceux-ci ne se regroupent au sein du Pacte de Varsovie.

Tout au long de la «guerre froide», l'OTAN ne cessera de provoquer une course aux armements, qui culminera en 1979 avec le déploiement en Europe de missiles nucléaires Pershing. Cette page sera tournée en 1989, avec la fin de l'Union soviétique, la décomposition du Bloc de l'Est et la dissolution du Pacte de Varsovie. Mais, loin de mettre fin à ses activités, l'OTAN réaffirme alors sa vocation d'instrument militaire des puissances impérialistes. Elle intègre, les uns après les autres, les pays de l'Est et intervient directement dans les conflits ayant suivi l'éclatement de la Yougoslavie.

L'OTAN, loin d'être une «alliance de défense», est un instrument du militarisme. La guerre en Afghanistan, ce bourbier sanglant dans lequel s'enlisent ses soldats, le montre. L'objectif de l'opération n'est ni la paix, ni la démocratie, encore moins la fin du terrorisme qu'elle alimente tous les jours. Il s'agit de faire de l'Afghanistan une base militaire dans le cadre des luttes d'influence internationale. Ce pays est devenu l'un des principaux théâtres des rapports de force internationaux, face à la Russie, la Chine et l'Iran. Obama l'a souligné, durant sa campagne: il voudrait en finir avec la guerre en Irak pour concentrer les forces en Afghanistan, où il a déjà envoyé 17 000 soldats supplémentaires…

Or en Afghanistan, loin d'instaurer la démocratie, les grandes puissances ont mis en place un pouvoir fantoche et livré le pays aux seigneurs de guerre. Le sort des femmes a empiré. A l'oppression féodale, s'ajoutent les souffrances de la guerre. L'aide à la reconstruction est détournée dans la corruption... L'économie florissante est celle du pavot… Aucun argument ne justifie l'occupation. Au contraire, il n'y aura d'issue pour le peuple afghan qu'avec la fin de cette oppression.

Les relations de l'OTAN avec l'Etat d'Israël, sont une autre démonstration de sa nature impérialiste, colonialiste, belliciste... Tzipi Livni, ex-ministre des Affaires étrangères d'Israël, déclarait avant d'engager l'agression contre Gaza, en décembre dernier: «L'OTAN et Israël sont des partenaires naturels et des alliés stratégiques. La civilisation occidentale et la communauté atlantique, que défend l'OTAN, sont l'habitat naturel d'Israël.» On est en pleine logique coloniale des grandes puissances, dont Israël est, dès sa création, un avant-poste dans le monde arabe. En 2005, l'OTAN et l'armée israélienne organisent des manœuvres navales dans les eaux nationales israéliennes. En 2006, Israël obtient le statut d'observateur permanent au sein de l'OTAN. Ces liens militaires ont accompagné le développement d'une coopération économique... Pour les USA et l'Europe, Gaza et la Cisjordanie deviennent un terrain d'expérimentation pour le matériel militaire. Israël est le seul pays du Moyen-Orient possédant des armes atomiques et interdisant tout contrôle nucléaire international. Mais Israël est libre en la matière, car sa politique correspond à celle de la «civilisation occidentale».

«Notre sécurité sera d'autant mieux garantie, et nos chances de succès face aux crises seront d'autant plus grandes, que le réseau de nos partenariats se développera et que nos capacités d'action, politiques, économiques, d'aide au développement et militaires seront mises en commun», écrivaient, en janvier, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, dans une tribune dans Le Monde. C'est à ce souci des grandes puissances que prétendent répondre le G20 à Londres et le sommet de l'OTAN à Strasbourg. Face à la crise globale, il leur faudrait en effet  redéfinir une réponse globale. Mais ils sont tout autant incapables d'enrayer la crise financière, économique, qu'ils sont incapables de maîtriser l'exacerbation des tensions internationales qu'elle entraîne.

La priorité donnée lors des préparatifs du G20 est de renflouer les banques, c'est à dire les profits. La lutte pour l'appropriation des richesses, le contrôle des sources d'énergie et de matières premières va s'intensifier. La nécessité de faire face aux révoltes des peuples devient préoccupante pour les maîtres du monde.

Dans cette situation, le redéploiement de l'OTAN et la montée du militarisme sont leur réponse, alors que les rapports de force internationaux sont bousculés par la crise mondiale. Le combat contre les conséquences de la crise pour les peuples et pour les travailleurs-euses est donc indissociable du combat contre la guerre et le militarisme, pour la démocratie et la paix… Comme aussi  contre la dilapidation obscène de milliards en dépenses d'armement alors que les besoins sociaux sont chaque jour plus criants. C'est ce message et ce cri de révolte que nous irons porter samedi 4 avril dans les rues de Strasbourg. Nous serons des dizaines de milliers, soyez-en avec nous!

Pierre Vanek




jeudi, avril 02, 2009

LML 1er avril: Deux conférences internationales sur l'Afghanistan: Canada, hors d'Afghanistan maintenant!,Démantelez l'OTAN!

 

From: LML
Sent: Thursday, April 02, 2009 1:12 AM
Subject: LML 1er avril: Deux conférences internationales sur l'Afghanistan: Canada, hors d'Afghanistan maintenant!,Démantelez l'OTAN!

Le Marxiste-Léniniste

Numéro 66 - 1er avril 2009

Deux conférences internationales sur l'Afghanistan

Canada, hors d'Afghanistan maintenant!
Démantelez l'OTAN!


CALENDRIER D'ÉVÉNEMENTS

Canada, hors d'Afghanistan maintenant! Démantelez l'OTAN!
La Conférence de La Haye
La conférence de Moscou
La nouvelle stratégie Obama pour l'Afghanistan
Un nouveau cauchemar afghan - Ramzy Baroud
Afghanistan: La guerre la plus longue et la plus étendue du monde - Rick Rozoff, Stop NATO

===

http://www.cpcml.ca/francais/index.html

ABONNEMENT:
Vous ou quelqu'un d'autre avez demandé que votre adresse soit ajoutée à la liste d'envoie du LMLQ. Si vous désirez que votre adresse soit retirée, de la liste, écrivez à postmaster@cpcml.ca


mercredi, avril 01, 2009

L'Albanie et la Croatie deviennent membres de l'Otan

Voila comment, en s'intégrant  à l'Euro-dictature capitaliste et à l'alliance impérialiste ricano-otanienne, les pays de l' Est, "libérés" du "Communisme" deviennent, les uns après les autres, "indépendants" et "démocratiques".
Comme les 150 soldats belges supplémentaires, Albanais et Croates vont aussi aller se faire casser la gueule en Afghanistan dans une nouvelle guerre d' agression et d'occupation colonialistes déclenchée par les Usa. Un nouveau Vietnam, une nouvelle guerre perdue d' avance ...
Oui, "le capitalisme porte en lui la guerre, comme les nuées portent l'orage", avec aujourd'hui ouverte, la complicité, l' entière collaboration, de la social-démocratie internationale.
A part cela, Obama va faire de la politique autrement et changer la visage de l' Amérique ...
Un ramassis de fauteurs de guerre ( s ) ..., au service des marchands de canons.
RoRo
 
 
 

From: Actu24 - Toute l'info en direct
Sent: Wednesday, April 01, 2009 6:36 PM
Subject: L'Albanie et la Croatie deviennent membres de l'Otan


L'Albanie et la Croatie sont devenues membres de l'Otan au cours d'une cérémonie à Washington en présence des ambassadeurs des deux pays.
 

L'Albanie et la Croatie sont devenues membres de l'Otan au cours d'une cérémonie à Washington en présence des ambassadeurs des deux pays.


Les ambassadeurs de l'Albanie Aleksander Sallabanda et de Croatie Kolinda Grabar-Kitarovic ont représenté leurs pays respectifs au cours de cette cérémonie organisée par le secrétaire d'Etat adjoint américain James Steinberg.

La Slovénie a déposé lundi auprès du département d'Etat l'instrument de ratification permettant l'adhésion de la Croatie, et avait fait de même le 3 mars concernant l'Albanie.

"Le dépôt de l'instrument de ratification par la Slovénie complète le processus individuel de ratification par les 26 alliés de l'Otan, nécessaire à l'admission de l'Albanie et de la Croatie au sein de l'Otan", avait indiqué lundi le département d'Etat américain.

Après la ratification de l'adhésion de la Croatie par la Grèce mi-février, la Slovénie était le dernier des 26 membres de l'Otan dont le feu vert était attendu.

La Croatie s'est aussitôt dit prête à participer aux opérations de l'Otan en Afghanistan.

Avec Belga

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?