OTAN: la plus grande des saintes alliances militaires capitalistes de tous les temps. Sous la domination des Usa, elle sert leur politique de domination mondiale. Combattons sans arrêt cette machine de guerre impérialiste, agressive, colonialiste, ruineuse et dangereuse, pour tous les peuples de la planète. Pour recevoir ces articles, envoyer un mail à roger.romain@skynetblogs.be. Indiquer Otan. Merci !

samedi, juillet 03, 2010

Appel en vue du sommet de l'OTAN à Lisbonne en novembre: « Pour la paix! Non à l'OTAN »




From: NICOLAS
Sent: Saturday, July 03, 2010 6:41 PM
To:
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] Fwd: Fw: [alerte_otan] Appel en vue du sommet de l'OTAN à Lisbonne en novembre: « Pour la paix! Non à l'OTAN »


----- Original Message -----

From: Roland Marounek
To: alerte_otan@yahoogroupes.fr
Sent: Friday, June 25, 2010 12:18 AM
Subject: [alerte_otan] Appel en vue du sommet de l'OTAN à Lisbonne en novembre: « Pour la paix! Non à l'OTAN »


Appel en vue du sommet de l'OTAN à Lisbonne en novembre: « Pour la paix! Non à l'OTAN »

Traduction AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net

Les 13 partis participants à la réunion du groupe de travail des Rencontres internationales des partis communistes et ouvriers sont les premiers signataires de la Résolution proposée par le PCP sous le titre « Pour la paix! Non à l'OTAN! ». Le document, adopté par la réunion du groupe de travail, est désormais proposé à la signature de tous les partis qui participent au processus des rencontres internationales des partis communistes et ouvriers avec l'objectif de se transformer en un appel mondial large et représentatif de lutte pour la paix, contre le militarisme et l'OTAN.

Pour la paix! Non à l'OTAN!

Dans un contexte marqué par l'approfondissement de la crise structurelle du capitalisme, par l'approfondissement de l'exploitation des travailleurs et des peuples, par les rivalités inter-impérialistes et par des processus complexes de réagencement des forces à l'échelle internationale, l'impérialisme se lance dans de nouvelles dérives anti-démocratiques et des interventions militaristes et avance avec des solutions de force pour tenter de se perpétuer et de défendre ses intérêts de classe.
L'offensive militarisée menée par les puissances impérialistes et par l'OTAN a un caractère global et multiforme.
La guerre impérialiste s'intensifie à l'échelle mondiale sous prétexte de lutte contre le terrorisme. Les blocs impérialistes, comme l'OTAN, se renforcent. La militarisation de l'Union Européenne s'accélère avec l'adoption frauduleuse du Traité de Lisbonne dans lequel est inscrit la conception de l'Union comme pilier européen de l'OTAN. La course aux armements se poursuit ainsi que l'investissement dans de nouvelles armes encore plus meurtrières. Les dépenses militaires atteignent des chiffres record, notamment aux Etats-Unis et dans l'Union Européenne. L'élargissement des zones d'influence et des alliances militaro-stratégiques impérialistes progresse, notamment à travers ce qu'on appelle 'les partenariats pour la paix', en Asie, dans les territoires d'ex-URSS, tout comme en Afrique.
Le maillage mondial des bases militaires des Etats-Unis et des pays de l'OTAN se densifie et leurs forces militaires se déploient de l'Amérique Latine à l'Afrique; du Moyen-Orient, de l'Océan Indien et de l'Asie Centrale à l'Europe de l'Est, au Caucase et à la Mer Noire.
Les occupations de l'Afghanistan et de l'Irak se poursuivent et on se lance dans des agressions militaires contre plusieurs pays. Les conspirations et les manœuvres d'ingérence se succèdent en Amérique Latine et dans plusieurs pays du continent Africain et les provocations se multiplient, comme au Liban. La question palestinienne n'est toujours pas réglée, comme celle du Sahara Occidental, alors que les crimes impérialistes continuent à rester impunis. Les provocations s'intensifient contre la République Populaire de Chine, dont la vente d'armes à Taiwan par les Etats-Unis constitue un exemple particulièrement grave, ainsi que les menaces proférées contre des pays comme l'Iran et la Syrie.
Les attaques contre la souveraineté des Etats s'intensifient, notamment à travers des modifications de frontières, dont l'indépendance auto-proclamée de la province serbe du Kosovo est un grave exemple. Le Droit International, produit du rapport de force résultant de la défaite du nazisme et du fascisme lors de la Seconde guerre mondiale, est sérieusement remis en cause et la cible d'un processus qui vise à sa destruction.
Au nom de la 'sécurité' et du 'combat contre le terrorisme', on relance des dérives sécuritaires, on attise le nationalisme xénophobe et l'intolérance religieuse et culturelle, des crimes se commettent contre les droits de l'Homme, comme contre les droits économiques, sociaux, démocratiques et de participation et d'organisation politique et sociale; des campagnes anti-communistes se développent et on persécute les forces qui résistent à l'offensive de l'impérialisme et défendent les droits sociaux et nationaux des peuples.
La réalité mondiale de ce début de XXIème siècle dément les campagnes de réhabilitation de l'image de l'impérialisme nord-américain déclenchées autour de l'élection de Barack Obama. La nature et les objectifs de la politique des Etats-Unis et de l'OTAN sont clairs désormais: la domination sur les ressources natures et énergétiques, le contrôle des technologies, l'expansion des marchés, la domination militaire et géo-stratégique. Autrement dit, une réponse par la force à l'affaiblissement relatif de la position des Etats-Unis au niveau international.
La rhétorique du 'multilatéralisme' et du 'dialogue' est démasquée par la politique belliciste et interventionniste des Etats-Unis, l'Union Européenne et l'OTAN, par l'offensive impérialiste en cours et par le risque réel de nouveaux conflits militaires du Moyen-Orient et de l'Asie Centrale à l'Amérique Latine. En dépit des antagonismes entre les Etats-Unis et l'Union Européenne, les deux convergent dans l'offensive contre les droits sociaux et nationaux des peuples.
La guerre et l'agression sont l'autre visage de la mondialisation économique impérialiste et l'OTAN est une pièce maitresse de sa stratégie de domination hégémonique et de persécution des forces et des pays qui s'y opposent. L'OTAN joue un rôle central dans la militarisation des relations internationales et dans la course aux armements, en étant le principal fauteur des conflits et de la tension qui rythment l'actualité. Sous l'allusion aux 'nouvelles menaces globales' – doctrine qui se substitue au vieux prétexte de 'menace communiste' – l'OTAN impose une escalade belliciste et militariste à grande échelle – dont la guerre en Afghanistan est un élément clé.
L'OTAN organisera, en Novembre, au Portugal, un Sommet dans lequel elle cherchera à rénover sa doctrine stratégique et qui représentera un nouveau et extrêmement dangereux saut qualitatif dans le rôle, la mission et les objectifs de l'Organisation.
Avec sa nouvelle doctrine stratégique, l'OTAN envisage de changer sa doctrine pour y inscrire ce qu'elle fait déjà en pratique: étendre son champ d'intervention et la projection de ces forces sur l'ensemble du globe; élargir le cadre de ses missions à des questions comme l'énergie, l'environnement, les migrations et les questions de sécurité interne des Etats; se réaffirmer comme un bloc militaire nucléaire malgré la rhétorique du désarmement militaire, en prévoyant l'usage de l'arme nucléaire dans des attaques militaires; développer davantage le complexe militaro-industriel et la recherche militaire et exiger de tous leurs membres une augmentation des dépenses militaires; inclure dans ses missions des actions d'ingérence directe et d'occupation sous couvert de missions d'interposition et de maintien de la paix; aller plus loin dans l'instrumentalisation de l'ONU pour poursuivre ses objectifs et approfondir son rôle de bras armé de l'impérialisme.
L'impérialisme paraît être tout-puissant, mais il ne l'est pas. Comme la réalité nous le montre, aux grands dangers résultant de la réponse par la force de l'impérialisme à la crise du capitalisme s'opposent à la lutte progressiste et révolutionnaire des peuples. Dans de nombreuses régions du monde, les peuples prennent entre leurs mains la défense de leurs droits et de la souveraineté et de l'indépendance de leurs pays, résistent sous les formes les plus variées et imposent des revers importants à la stratégie de domination impérialiste.
En ce sens, et en exprimant notre profonde conviction que, par la lutte, il est possible de mettre en échec l'OTAN et ses objectifs bellicistes et militaristes, il est possible de construire un avenir de paix, de progrès et de justice sociale, où chaque peuple peut décider librement de son destin, inséparable de la lutte pour le socialisme, nous, Partis Communistes et Ouvriers signataires de cette déclaration:
  • Exigeons la fin de la course aux armements, le désarmement nucléaire en commençant par les plus grandes puissances nucléaires du Monde, comme les Etats-Unis, la destruction complète des armes chimiques et biologiques, la fin des bases militaires étrangères.
  • Lançons un appel aux travailleurs et aux peuples du monde entier, aux forces progressistes et de gauche, au mouvement ouvrier et aux autres organisations sociales qui se mobilisent et renforcent la lutte pour la paix, contre la guerre et l'OTAN. Nous réaffirmons notre soutien de toujours au mouvement pour la paix. Nous félicitons le Conseil Mondial de la Paix pour son 60ème anniversaire et pour sa campagne contre l'OTAN.
  • Déclarons notre intention de marquer les 65 ans de la victoire sur le nazisme et le fascisme comme une importante journée de lutte pour la paix et contre la distorsion monumentale de l'Histoire qui tente d'effacer le rôle central des communistes dans la libération des peuples du joug nazi et fasciste et mettre sur le même plan nazisme et communisme.
  • Réaffirmons notre solidarité avec les peuples qui résistent aux occupations, agressions et ingérences de l'impérialisme et qui mènent de rudes batailles pour leur auto-détermination et leur indépendance, notamment avec les peuples du Moyen-Orient, les peuples palestiniens, libanais et syrien, et d'Asie Centrale. Nous exigeons le retrait immédiat de toutes les troupes engagées en Irak et en Afghanistan et dans toutes les autres interventions impérialistes dans le monde.
  • Exigeons la dissolution de l'OTAN et soutenons le droit souverain des peuples à décider de la sortie de leurs pays de cette alliance agressive. Nous réaffirmons notre opposition frontale à la militarisation de l'Union Européenne et à sa politique militariste et impérialiste, à l'élargissement de l'OTAN et à la mise en place du nouveau 'système anti-missile' des Etats-Unis et de l'OTAN en Roumanie et en Bulgarie. Nous exprimons notre solidarité avec le peuple de Chypre (Greco-Chypriotes et Turco-Chypriotes) et à sa lutte contre l'occupation turque et pour la réunification de leur patrie, pour une solution juste au problème chypriote.
  • Exigeons la fin des provocations et des ingérences en Amérique Latine et dans les Caraibes. Nous exprimons notre solidarité avec Cuba Socialiste et avec les peuples, les forces politiques et les gouvernements nationaux de nature démocratique, progressiste, populaire et anti-impérialiste de la région comme ceux du Vénézuela Bolivarien, de la Bolivie, de l'Équateur et du Nicaragua. Nous exigeons la libération des cinq patriotes cubains injustement prisonniers aux Etats-Unis. Nous réitérons notre soutien à la lutte du peuple hondurien pour la démocratie et contre le régime putschiste et pour son droit à décider de son avenir. Nous exigeons le retrait de la IV ème Flotte Nord-Américaine dirigée contre l'Amérique Centrale et du Sud, la fermeture des bases militaires des Etats-Unis dans la région, notamment celle de Guantanamo et les bases en Colombie. Nous dénonçons l'intervention militaire des Etats-Unis à Haïti et réclamons que les Nations Unies interviennent, dans le cadre d'une mission civile, dans ce Pays. Nous revendiquons que les actions de solidarité et de coopération avec le peuple haïtien contribuent au renforcement de l'État national indépendant et au développement économique et social du pays.
  • Exprimons notre solidarité avec les peuples d'Afrique dans leur lutte pour le droit au développement et avec le peuple du Sahara Occidental pour le droit à son auto-détermination. Nous exigeons la fin de la militarisation et de l'ingérence impérialiste sur le continent, notamment sur les côtes de Somalie, dans toutes la région de la corne de l'Afrique, en République Démocratique du Congo et au Soudan. Nous réaffirmons notre engagement à poursuivre la lutte contre le commandement militaire nord-américain sur le continent (AFRICOM)
  • Exprimons notre soutien au mouvement de la paix, au mouvement syndical de classe, de jeunesse, des femmes et à d'autres organisations qui au Portugal ont animé la Campagne pour la Paix et contre l'OTAN. Nous prenons l'engagement de faire tout ce qui est à notre pouvoir pour soutenir et mobiliser pour des actions de lutte contre l'OTAN et sa nouvelle doctrine stratégique prévues pour Novembre de cette année au Portugal.

Les partis signataires:
Parti Communiste Portugais

Parti Communiste Sud-Africain

Parti du Travail de Belgique

Parti Communiste du Brésil

Parti Communiste de Bohême et Moravie

Parti Progressiste des Travailleurs de Chypre (AKEL)

Parti Communiste de Cuba

Parti Communiste d'Espagne

Parti Communiste de Grèce

Parti Communiste d'Inde (Marxiste)

Parti Communiste d'Inde

Parti Communiste Libanais

Parti Communiste de la Fédération Russe

Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme (PADS)

Parti Communiste Allemand

Parti Communiste d'Argentine

Parti Communiste d'Arménie

Parti Communiste d'Azerbaidjan

Parti Communiste d'Australie

Parti Communiste du Bangladesh

Parti des Travailleurs du Bangladesh

Parti Communiste de Biélorussie

Parti Communiste de Bolivie

Parti Communiste Brésilien

Parti Communiste du Canada

Parti des Communistes de Catalogne

Parti Communiste du Chili

Parti ouvrier socialiste de Croatie

Parti Communiste au Danemark

Parti Communiste des Etats-Unis d'Amérique

Parti Communiste de Finlande

Parti Communiste Français

Nouveau Parti Communiste de Grande-Bretagne

Parti Communiste de Grande-Bretagne

Parti Communiste Unifié de Georgie

Nouveau Parti Communiste des Pays-Bas

Parti Communiste Ouvrier Hongrois

Parti Tudeh d'Iran

Parti Communiste Irakien

Parti Communiste d'Irlande

Parti des Travailleurs d'Irlande

Parti des Communistes Italiens

Parti de la Refondation Communiste (Italie)

Parti Communiste du Kazakhstan

Nouveau Parti Communiste de Yougoslavie

Parti Communiste du Luxembourg

Parti Communiste de Macédoine

Parti Communiste de Malte

Parti des Communistes, Mexique

Parti Populaire Socialiste, Mexique

Parti Communiste de Norvège

Parti Communiste du Pakistan

Parti Communiste Péruvien

Parti Communiste des Philippines PKP-1930

Parti Socialiste Participatif Roumain

Parti Communiste des Peuples d'Espagne

Parti Communiste de Suède

Parti Communiste de Turquie

Parti Communiste d'Ukraine

Union des Partis Communistes – PCUS

Parti Communiste du Vénézuela

Signent également les partis suivants:

Union du Peuple Galicien

Parti Suisse du Travail




__,_._,___

lundi, février 15, 2010

Occupation de l'Afghanistan : 700 Bases militaires sous contrôle US/OTAN



----- Original Message ----- From: Roland Marounek
To: alerte_otan@yahoogroupes.fr
Sent: Sunday, February 14, 2010 10:13 PM
Subject: [alerte_otan] Occupation de l'Afghanistan : 700 Bases militaires sous contrôle US/OTAN


Occupation de l'Afghanistan : 700 Bases militaires sous contrôle US/OTAN
http://www.planetenonviolence.org/Occupation-de-l-Afghanistan-700-Bases-Militaires-Sous-Controle-US-OTAN_a2118.html


Tout un réseau de forteresses militaires établies et en pleine expansion en Afghanistan pour une occupation inutile sans fin et dont les coûts en termes humains écologiques et financiers sont monstrueux


En 2003 quand l'Administration Bush a envahi l'Irak le Pentagone avait déjà prévu de construire toute une série de méga bases permanentes dans ce pays. Après la chute de Saddam Hussein des centaines de micro bases ont été ajoutées aux méga bases - déjà en 2005 on en comptait 106, et au total c'est plus de 300 qui ont été installées. Sans oublier la gigantesque ambassade américaine construite dans un ancien palais de Saddam Hussein, en bordure du Tigre, au centre de Bagdad et qui a coûté ¾ de milliard de $, la plus grande « ambassade » et la plus chère de toute la planète. Prévue pour accueillir 1000 « diplomates » on parle actuellement d'y doubler leur nombre. Ceci fait partie de la mission de contrôle du Grand Moyen Orient que les US se sont eux -mêmes attribuées. « God Bless América ».
En Afghanistan, on compte 700 bases sous contrôle des forces armées US/OTAN

Dans la province de Nangarhar dans le district de Shinwar dans un ancien fort utilisé par l'armée britannique au XIXème siècle puis par l'armée soviétique au XXème, c'est au tour de l'armée US d'y avoir installé des troupes en compagnie des forces armées nationales afghanes ( les milices de l'occupant) pour préparer les nouveaux plan d'occupation. Cette base fait partie de centaines d'autres bases éparpillées sur tout le territoire afghan. Les bases militaires occupées par les troupes US et de l'OTAN ainsi que celles des forces armées afghanes comprennent des petites bases telles celle de Shinwar mais aussi des méga bases qui ressemblent à des villes américaines. actuellement selon des sources officielles en Afghanistan on en compte approximativement 700.

Ce programme de construction de bases militaires n'est pas rapporté par les médias sous emprise gouvernementale et pourtant c'est une entreprise énorme d'occupation militaire dépendant massivement d'approvisionnements importés de l'étranger qui coûtent extrêmement chers. Alors même que les pays participant à cet occupation subissent une conjoncture économique des plus moroses, la vérité sur les coûts monstrueux de cette guerre d'occupation est enterrée dans des effets d'annonce politico médiatique portant sur une pseudo offensive dans le Sud de l'Afghanistan soit disant pour en chasser les Talibans. Ces derniers- comme tout mouvement de résistance- vont laisser les forces armées étrangères occuper le terrain pour revenir plus tard les harceler.

En attendant le « prix Nobel de la Paix » le nègre du complexe militaro industriel des US, Barack Obama- et ses petits nègres que sont Sarkozy, Merkel, Brown et les autres - pourra se vanter que son plan de renforcement des troupes US/OTAN en Afghanistan est un succès.

Ces bases s'ajoutent à la longue liste secrète de celles que possèdent le Pentagone, et on ne peut que s'interroger sur la durée d'existence de ces garnisons, et des coûts supportés par les contribuables US et de ceux des pays membres de l'OTAN.

400 bases militaires étrangères en Afghanistan

Le porte parole de l'ISAF ( International Security Assistance Force ) dirigée par les US, le colonel Wayne Shanks, a dit au site de Tom Dispatch ( voir coordonnées en bas d'article) qu'il y avait à présent prés de 400 bases US et de la coalition en Afghanistan, dont des camps, des bases de relais opérationnels, et des avant postes de combat. En plus, il y a au moins 300 bases des forces armées nationales afghanes (ANA) et de la police nationale afghane, (ANP), la plupart d'entre elles construites entretenues et financées par les US.
Un petit nombre des bases de la coalition sont des méga bases tel l'aéroport militaire de Kandahar, l'un des aéroports ayant le plus de trafic au monde, et la base aérienne de Bagram, une ancienne base soviétique rénovée décorée de Big Burger et de Popeye, utilisée actuellement par plus de 20 000 soldats américains en plus de milliers de soldats des forces de la coalition et de personnels civils (dont des mercenaires). A Bagram, il a été rapporté l'automne dernier que des projets de construction d'un montant de plus de 200 millions de $ allant de simples baraquements à des entrepôts étaient en cours ou sur le point d'être réalisés.
A Kandahar qui hébergeait déjà en 2007 9000 soldats de la coalition on devrait compter jusqu'à 35 000 soldats quand le renforcement décidé par Obama sera complété. D'importants fonds ont également été débloqués pour l'amélioration de l'aéroport militaire de Kandahar : 65 millions de $ pour la construction d'espaces de parking pour des avions accompagnant les opérations au sol de même qu'activement impliqués dans les opérations de surveillance et de reconnaissance, 61 millions de $ pour la construction d'une piste pour hélicoptères et d'une piste pour des opérations héliportées stratégiques.
Actuellement on ignore le chiffre exact de ces bases qui sont agrandies, rénovées, mais selon le porte parole de l'ISAF, il y a des plans militaires d'expansion de plusieurs bases pour l'hébergement du supplément de troupes prévu dans la stratégie de guerre du commandant en chef US en Afghanistan, Stanley McChrystal. En plus, au moins 12 bases vont être construites pour recevoir les quelques 30 000 soldats américains et les milliers de soldats des pays membres de l'OTAN qui devraient bientôt arriver dans le pays.
En plus de ces bases étrangères, les US financent également les bases des forces armées et des forces de police afghanes. Selon les données de contrats passés par l'armée US pour la maintenance de celles-ci, il y en aurait au moins 300, et elles ne sont pas incluses dans le chiffre des bases des forces de la coalition US/OTAN. Elles sont plus « rustiques » que les bases américaines et leurs fast food, ».
Ainsi, les quartiers généraux de la police afghane dans le district de Khost Farang dans la province de Baghan comprennent-t-ils des bâtiments construits en boue et pierre et entourés d'un mur fait de boue. Cette base n'a même pas de système d'approvisionnement en eau potable, une tranchée ayant été creusée prés d'une source voisine à cet effet. Seuls les avant postes de combats des troupes d'occupation US/OTAN ressemblent à ces bases afghanes rudimentaires.
Le Pentagone a établi récemment une liste de ses bases à l'étranger en comptabilisant au total 716. Cela inclue des bâtiments appartenant au Pentagone ou loués par lui partout au Moyen Orient, de même qu'en Europe, et en Asie, tout spécialement au Japon et en Corée du Sud.
Mais certainement plus impressionnant encore ce sont les bases du Pentagone non listées ou tenues secrètes. Tandis que les bases situées dans le Golfe Persique, à Bahrain, au Koweït, Oman, et aux Emirats Arabes Unis sont connues publiquement, d'autres sont absentes, telle la base aérienne d'Al-Udeid, située au Qatar et qui a coûté un milliard de dollars. C'est là que les forces de l'armée de l'air US supervisent secrètement les guerres de drones menées en Afghanistan et au Pakistan et qui font de nombreuses victimes civiles chez les populations afghanes et pakistanaises.
Ne sont pas non plus incluses dans ce décompte les bases militaires US en Irak 300 en comptant les avant postes selon un chiffre d'Août 2009. Il en va de même des 400 bases en Afghanistan.
Combien il y a-t-il de bases militaires des US et de leurs alliés dispersées de par le monde, on ne le saura probablement jamais. Pourtant, une chose est sûre, ce que nous savons de l'expérience des bases US/OTAN construites en Allemagne, au Japon, en Italie, et en Corée du Sud, c'est qu'une fois construites elles deviennent permanentes même après la fin des hostilités ou la signature d'un traité de paix. Ces pays ci-dessus cités sont donc toujours depuis des décennies sous occupation américaine.
Pour l'Afghanistan, de même que pour l'Irak, cette occupation ne fait que commencer. Pour l'Afghanistan elle risque de se terminer comme les précédentes, celles des Britanniques et des Soviétiques.
En attendant les Talibans se replient du Sud de l'Afghanistan laissant les forces d'occupation crier victoire…. Jusqu'aux prochaines embuscades qui seront de plus en plus meurtrières la résistance afghane étant de plus en plus expérimentée et de plus en plus soutenue par une population civile la première à faire les frais de telles offensives. On est loin de la « conquête des cœurs » et des négociations avec les «Talibans modérés » un discours en général précurseur d'une offensive militaire en préparation comme cela vient une nouvelle fois d'être prouvé.
Mais les médias qui marchent au pas cadencé seront « en direct » d'Afghanistan pour relater la « victoire » d'Obama et de ses petits nègres, oubliant de mentionner le nombre de civils afghans déplacés et ou tués dans ces jeux de guerre au coût monstrueux, humainement écologiquement et économiquement.

Plus d'information sur ce réseau de bases militaires US/OTAN sur

http://www.tomdispatch.com/post/175204/tomgram%3A_nick_turse%2C_america%27s_shadowy_base_world/




Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?